Je vous l’accorde, la période des devoirs et leçons pour nos enfants et nous-même est souvent chaotique et désagréable pour différentes raisons. Bien que plusieurs parents pensent que cette période de la journée devrait être éliminée de notre routine quotidienne, nous n’en sommes pas encore rendu là. Certaines écoles allègent les devoirs, d’autres n’en donnent plus et certaines en donnent beaucoup.

 

Cette routine est difficile pour l’enfant puisqu’il a tout comme nous, sa journée dans le corps. Parfois même, l’enfant a déjà des difficultés attentionnelles ce qui peut amener une désorganisation et de l’opposition lors des devoirs. Pour les parents, qui eux, court après leur temps et souhaitent par le fait même, passer le peu de temps qui leur reste à jouer et câliner leur enfant, ce n’est pas facile non plus.

Aujourd’hui, je vous propose 10 interventions à mettre en place afin de rendre ce moment plus agréable pour vous chers parents, mais aussi pour votre enfant. C’est désagréable pour tous de terminer la soirée avec une crise de colère.

 

  1. Saviez-vous qu’habituellement, on calcul 10 minutes par année scolaire afin de déterminer le temps consacré aux devoirs/ leçons? Et oui, alors, l’enfant de première année ne devrait pas être assis plus de 20 minutes environ. Si tel est le cas, il faut tenter au mieux de diviser davantage les tâches au courant de la semaine.
  2. Lorsqu’un apprentissage est plus difficile et plus long, commencé par un petit quelque chose de plus facile et donc un motivateur pour l’enfant et finissez aussi par un apprentissage qu’il maîtrise bien, même s’il s’agit simplement d’une seule question. C’est le truc de la sandwich!
  3. Bien des familles font les devoirs à différents moments, selon l’humeur, selon ce que nous avons entrepris comme tâche, etc…cette façon de faire peut convenir à certains enfants, mais pour d’autres, cela peut devenir insécurisant et démotivant. Il est préférable de rester encadrant en terme de moment et de temps. Si les devoirs sont prévus toujours après souper, alors cela ne doit pas dépendre de ce que nous avons à faire…ce doit être après souper.
  4. N’hésitez pas à offrir du renforcement verbal, mais aussi physique. Il est tout à fait normal et adéquat de le faire, tout comme nous apprécions êtere valorisé à notre travail. Tout est dans l’équilibre.
  5. Vous ne souhaitez pas de guerre de pouvoir sans fin, alors soyez très encadrant dans le temps accordé aux devoirs, au lieu, et à la planification. Les enfants ne peuvent organiser et planifier leurs devoirs aussi bien que l’adulte, cela demande des aptitudes cognitives supplémentaires.
  6. Il faut construire nos phrases de façon à ce qu’elles ne laissent pas place à la négociation. Maman je veux faire mon devoir de mathématique en premier. Je sais que tu as hâte de faire ton devoir de mathématique, mais on commence par les mots de vocabulaire.
  7. Intégré votre enfant dans cette planification, il peut vous dire ce qu’il préfère. Vous pourriez même décider ensemble de faire une semaine test pour regarder ce qui semble le mieux fonctionner. Ensuite, le dimanche, faire un bilan et officialiser la façon de faire.
  8. L’enfant a besoin de sentir qu’il a aussi fait des choix, mais pas pendant la période de devoirs. Alors, convenez avant de ce qui sera prévu.
  9. Bien entendu un environnement avec peu de stimulation auditive et visuelle. Les frères et sœurs s’ils sont plus jeunes doivent s’occuper calmement pendant cette période.
  10. Offrir des façon créatives de faire les leçons, sortez les craies, les crayons effaçables, les épingles, les lettres magnétiques, les macaronis, etc…l’important c’est qu’on s’amuse à travers ça pour ne pas que ce soit épuisant.

 

Sachez qu’il ne faut pas désespérer, cela peut prendre 2 à 3 semaines avant de pouvoir constater des changements. Il faut donc poursuivre pendant au moins 3 semaines avant de conclure que nos méthodes sont inefficaces.

 

Courage!!

Christel Leblanc, éducatrice spécialisée

Laisser un commentaire