Lors de nos rencontres avec les parents de nos clients anxieux, certaines questions restent récurrentes.

Aujourd’hui, j’aimerais clarifier l’une d’elles avec vous. À votre avis, devrions-nous aviser notre enfant anxieux de ce qui s’en vient? Par exemple, doit-on attendre 5 minutes avant de quitter la maison pour lui annoncer qu’il va chez le dentiste, ce qui le terrorise déjà? Doit-on le reconduire à une fête d’amis le rassurant que nous allons rester et finalement, quitter à l’improviste parce que sinon il n’y serait pas allé? Doit-on aviser notre enfant du sentiment inconfortable qu’il aura lors de son vaccin?

Ou devrait-on plutôt trouver un juste équilibre dans le temps? Par exemple, utiliser un calendrier familial pour y indiquer les évènements spéciaux, comme la visite chez le dentiste, la rentrée scolaire, le tournoi d’hockey, la fête d’amis…

Pour pouvoir répondre à cette question, je vous donne un exemple pour vous les parents.

Si vous convoitez un poste depuis des mois, que vous travaillez d’arrache pied pour un jour obtenir une entrevue et que plutôt que de vous l’annoncer quelques jours avant, vous l’apprenez 5 minutes avant de rencontrer le «grand boss», ça vous ferait quoi? Auriez-vous été anxieux dans les deux situations, probable que oui. Est-ce que le niveau d’anxiété aurait été le même lors de l’entrevue, probable que non.

Pourquoi ?

Parce que bien que les deux situations soient anxiogènes, l’une d’elles nous laisse le temps de gérer cette anxiété. Nous avons le temps d’utiliser des moyens, entre autres, parler à une amie ou se préparer à certaines questions afin de diminuer progressivement cette anxiété (donc moins anticiper). Dans l’autre situation, vous allez avoir un niveau d’anxiété très élevé que vous n’aurez pas le temps de gérer, donc la performance sera sujette à être affectée négativement.

Ceci veut donc dire que…

Nos enfants qui vivent déjà une tonne de situations anxiogènes au quotidien seront susceptibles de mieux gérer leurs émotions s’ils ont du temps. À tort, j’entends souvent dire «oui mais il sera devant le fait accompli, il n’aura pas le choix». Oui effectivement, mais souhaitons-nous qu’il gère bien son anxiété, donc utilise des moyens pour la faire diminuer ou qu’il ne puisse même pas avoir le temps d’en trouver?

À mon avis, même si nos enfants réagissent à l’annonce d’une situation anxiogène, vaut mieux trouver un équilibre entre le dire trop tôt ou trop tard. Utilisons un calendrier familial et n’hésitons pas à y inscrire 1 semaine à l’avance l’horaire progressive de notre enfant qui entre à la maternelle. Les enfants ne peuvent pas toujours si bien se situer dans le temps, il ne faut pas prendre pour acquis qu’ils savent ce qui s’en vient. Ensuite, il ne reste qu’à faire un X sur chaque journée terminée pour que l’enfant visualise lui-même le temps qu’il reste.

En espérant que ce petit astuce vous soit bénéfique.

Ne manquez pas l’évènement sur ma page facebook, Christel Leblanc service en éducation spécialisée «Intervenir auprès de nos enfants anxieux (3-12 ans) (15 astuces)».

Rendez-vous mardi le 26 octobre 20h00

https://www.facebook.com/events/838176336846001/

Laisser un commentaire