Vous vous demandez pourquoi un éléphant qui écrase une souris…

Et bien, je voulais faire une capsule sur la pression sociale en 2017.

Quoi, pression sociale? Et oui, cette pression qu’on a tous les parents, même si on tente de s’en éloigner. Un jour, on apprend qu’on deviendra papa et maman, ensuite, on pense pouvoir faire grandir et évoluer notre enfant à l’abri de tous jugements sociaux.

Désolée de vous annoncer que le tout n’est pas si évident. Tu n’allaites pas? Ton enfant ne marche pas? Tes repas n’ont pas les 4 groupes alimentaires? Tes enfants ne sont pas inscrits à des activités? Ton enfant ne se baigne pas? Et j’en passe…

Pourquoi nous sentons-nous obligé de juger et en plus de le dire aux autres, de façon à ce que le parent soudain doute de ses choix parentaux?

Il n’y a pas si longtemps j’ai du passer 1 heure dans une épicerie avec une mère et un enfant autiste sévère afin de trouver pourquoi elle était incapable d’y entrer. Durant mes interventions, trois personnes se sont permis d’interrompre ma discussion avec la mère et l’enfant pour nous dire et dire à l’enfant en question: Oh c’est pas drôle ce que tu fais à maman, tu es fâchée toi arrête de crier, et ouf t’ai pas de bonne humeur. À part créer un sentiment d’impuissance, de peine, de malaise, et j’en passe…les commentaires n’ont rien eu de positif pour l’enfant et la mère.

Pourquoi dont, on juge et on intervient lorsque cela ne nous concerne pas? Ne nous sentons pas toujours obligé de faire des commentaires sur les enfants des autres alors que ceux-ci sont présents ainsi que leurs parents.

Chaque parent à sa personnalité et chaque enfant également, alors on gagne rien en comparent chacun d’entre eux.

Â

À vous de faire votre propre réflexion

www.christelleblanc.com

Christel Leblanc, service en éducation spécialisée

Laisser un commentaire