Il est inutile ici de nommer les blogues auxquelles je pense, vous vous en doutez certainement.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas emballée par les nombreux blogues de mamans qui deviennent très populaires parce qu’ils nomment ouvertement les difficultés au quotidien des parents.

Pourquoi?

La raison est fort simple, je suis une fille d’action, de solutions et de positivisme, surtout en ce qui concerne les enfants et leur éducation. Pour moi, prendre 5 minutes pour lire un article sur le fait que mon chum ne plie pas les serviettes comme moi je le voudrais…ou encore pour lire qu’il y a une dizaine de péripéties négatives entourant un voyage…ça ne m’allume pas. Au contraire, je suis déçue de voir qu’on y accorde tant d’importance.

Je vous propose donc ParentSolutions pour mettre l’accent sur les solutions plutôt qu’uniquement sur les difficultés.

Les parents qui souhaitent s’ouvrir aux solutions me liront et les autres qui souhaitent qu’évacuer sans cesse sans vraiment vouloir faire mieux, continuerons de lire les articles provenant de blogues négatifs. On parle ici des blogues qui nuisent à notre morale plutôt que de nous aider à surmonter les difficultés de la vie quotidienne.

Oui, mais si ça me fait du bien?

J’entends au loin les parents dire que cela leur permet de ventiler leurs frustrations et leurs déceptions. Pourtant, les études démontrent que plus on est négatif, moins on verra la lumière au bout du tunnel. Donc plus nous lirons des articles qui visent à nous décourager (même s’il s’agit d’articles collés à notre réalité quotidienne), plus nous seront découragés de vivre ce genre de situation.

Nous sommes attirés par les choses négatives!

Si vous tenez à lire les articles des blogueuses en question alors laissons-nous la chance au moins de trouver également des solutions.

Pour terminer l’arrivée de ParentSolutionS…

Voilà la 1er solution

Vous êtes épuisés (parents) d’accomplir toutes les tâches dans la maison? Alors pourquoi ne pas établir un tableau de responsabilités pour la maison qui inclus tout le monde. Les enfants de 2 ans peuvent aussi participer. Il faut simplement adapter les choix. La plupart du temps, ce n’est pas d’élaborer un tableau des responsabilités le problème, mais de diminuer nos attentes face à la tâche exécutée. Ne vous oubliez pas dans le tableau, c’est bien pour les enfants de voir l’ensemble de la famille y participer. Maman souper, papa lunch école, Sarah met la table, Nicolas plie du linge, Jacob rempli les rouleaux de papier de toilette…

Modifier chaque dimanche les responsabilités de chacun afin que tout le monde y trouve son compte, mais pas seulement lorsqu’il ne souhaite plus l’accomplir. Nicolas n’aime pas particulièrement plier le linge, alors il devra le faire jusqu’à dimanche. Maman et papa n’aime pas toujours faire la vaisselle, mais ils le font quand même. Pour diminuer la charge mentale, il faut impliquer les enfants tout en diminuant les attentes face à nos exigences.

Même si les serviettes ne sont pas pliées comme vous, elles sont pliées!

Même si les assiettes ne formes pas deux piles bien droites, elles sont à la bonne place.

Même s’il reste quelques miettes en dessous de la table, il a passé le balais.

Même si votre vaisselle n’est pas rangée à la bonne place, votre chum a défait le lave-vaisselle quand même.

C’est un pensez-y bien!

Au plaisir, Christel Leblanc, éducatrice spécialisée

Laisser un commentaire