Les pictogrammes, sont-ils utiles? Et si oui, comment m’y retrouver?

 

Oui il est utile. Ce moyen est souvent mis de l’avant, surtout pour les enfants autistes, mais aussi pour les enfants ayant d’autres difficultés.

 

Mais attention, bien que le moyen soit efficace et permette d’atténuer certains symptômes, ce n’est pas si simple. Trop de personnes, et même des intervenants, utilisent des images très colorées, voir trop colorées. Sans parler du fait que les images sont parfois aussi trop grosses, ce qui fait que l’enfant ne voit qu’une petite partie de l’image et non pas ce qu’on souhaite qu’il en comprenne. Par exemple, si l’image implique un enfant qui joue dans un parc, entouré du module de jeux, d’une table de pique-nique, d’amis, de jeux d’eau et de papillons, mais que le message souhaité soit qu’il comprenne que la glissade est fermée aujourd’hui, ça ne fonctionnera pas. On perd le fil.

 

Les images devraient être petites, formats carte d’affaire, en noir et blanc et au besoin encercler en noir l’élément. Par exemple, seulement le visage d’une personne en noir et blanc, mais on encercle le nez. Pour nous, l’image peut paraître simple et facile à comprendre, mais nous n’avons pas les difficultés de l’enfant, ni son âge. Il faut donc simplifier le plus possible.

 

Les pictogrammes sont de bons outils, que nous devons utiliser le plus souvent possible pour la simple et unique raison que cela aide à la compréhension de l’enfant. Ils apportent une information supplémentaire à ce que l’on souhaite expliquer ou nommer. Il suffit juste de savoir comment bien les utiliser, et quels types de pictogrammes conviennent davantage.

 

 

Alors petit conseil, faite attention aux divers pictogrammes sur le marché, ils ne conviennent pas tous. Je vous l’accorde, ils sont beaux et attrayants, mais cela n’aidera pas nécessairement l’enfant TSA ou l’enfant TDAH à mieux comprendre et assimiler votre message.

 

 

Dans le cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil,

nous sommes là pour cibler les besoins et élaborer des moyens personnalisés à ceux-ci

 

Christel Leblanc, éducatrice spécialisée

Laisser un commentaire